JrLHS
Dernière Mise à jour: 3 septembre 2017 - Période des transactions FERMÉES

Prochaine étape : 1er novembre : Recote des joueurs protégés

Aucune équipe est libre actuellement, pour les personnes intéressées à joindre la ligue éventuellement...

Il faut savoir qu'il en coûte 10$ par année (soit 5$ par saison), qu'il faut être un amateur d'hockey JUNIOR MAJEUR et être un DG ACTIF (qui participe sur le forum et s'occupe de son équipe).

Voici le lien du site: http://www.jrlhs2009.com/home.php

Toute demande pour un compte sur le forum sera refusé si vous n'êtes pas un DG de la JrLHS.


La JUNIOR Ligue Hockey Simulée
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le mouvement FEM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sea Dogs
Midget AAA
Midget AAA
avatar

Messages : 6677
Date d'inscription : 03/04/2014
Age : 28

MessageSujet: Le mouvement FEM   Jeu 1 Juin - 21:41

Citation :
Cher (es) intervenant (es) du milieu de la musique: productrice ou producteur, programmatrice ou programmateur, promotrice ou promoteur, musicien (nes) ou oreille attentive.

Nous avons choisi un jour de devenir des musiciennes dans la vie, des créatrices. Loin de nous était alors l'idée d'une inégalité possible entre les sexes dans le milieu des arts et du spectacle, ou même d'une industrie à deux vitesses. Dans notre tête, si nous travaillions fort, si les gens étaient ouverts à entendre nos oeuvres, le traitement que nous recevrions serait le même que celui que reçoivent nos homologues masculins. Parce qu'après tout, un talent est un talent, un succès est un succès, peu importe le sexe.

Finalement, entre chanteuses, musiciennes, auteures-compositrices-interprètes, techniciennes et autres intervenantes féminines du milieu, nous nous entendons toutes pour dire que le sexisme existe bel et bien dans l'industrie de la musique et que la plupart d'entre nous l'avons vécu, à un moment ou à un autre : ne serait-ce que par les préjugés véhiculés quant à nos connaissances de la technique ou de l'équipement, par la remise en doute de notre talent, de notre expérience ou de notre pertinence.

Depuis la médiatisation récente du contenu de différents festivals québécois, nous avons aussi pris conscience avec consternation de la faible représentation des femmes dans les programmations (souvent moins de 30% et même 10% dans certains festivals, alors qu'à la Société Professionnelle des Auteurs et Compositeurs du Québec, dans le volet Chanson, on recense 42% de femmes inscrites et 49% à l'Union des Artistes). L'automne dernier, nous nous indignions également de constater que la dernière femme à avoir remporté le trophée d'auteure-compositrice de l'année à l'ADISQ était Francine Raymond, en 1993. Et c'est sans parler des inégalités salariales (selon certaines statistiques de l'Union des Artistes, les femmes gagnent en moyenne 75% de ce que gagnent les hommes), des inégalités quant à la longévité des carrières (âgisme) et des conséquences négatives de la maternité pour les femmes de notre industrie. Et il s'agit ici de NOTRE milieu exclusivement. Milieu qui, rappelons-le, est déjà souffrant depuis de longues années.

Faut-il en plus que les femmes partent avec un désavantage dû à leur genre?

Les artistes féminines de notre scène locale sont débordantes de talent, elles ont des choses à dire, un public, elles travaillent fort et bien. Si elles sont représentées en minorité partout, ce n'est pas parce que leur musique n'est pas touchante, groovy, intelligente ou moins populaire. Pourquoi alors nous exclut-on à ce point?

Faudrait-il se résoudre à exiger des quotas proportionnels à notre représentation dans le milieu, simplement pour retrouver la place qui nous est due? Ou encore viser la parité en s’inspirant de domaines comme celui de la politique? Serions-nous rendues là, pour arriver à faire en sorte que les femmes qui sont déjà dans l'industrie puissent y rester et que celles qui veulent un jour s’y tailler une place y parviennent? Une chose est certaine, on ne peut en rester là. D'autant plus que l'industrie du spectacle fonctionne en partie grâce aux subventions, et que cette utilisation des fonds publics devrait venir avec une responsabilité sociale, notamment celle de viser le respect des valeurs d'égalité de notre société.

Acteurs (trices) de la scène musicale québécoise, soyez au coeur du changement souhaité et nécessaire pour un milieu sain et équilibré qui inspirera les jeunes artistes, musiciennes, techniciennes et intervenantes du milieu de la musique de demain, à croire que ce métier peut être épanouissant pour TOUS.

Maintenant, ouvrons la discussion à savoir comment on peut y parvenir!

FEM : Ariane Brunet, Amylie, Catherine Durand, Chloé Lacasse, Mélanie & Stéphanie Boulay, Ariane Moffatt, Amélie Mandeville, Julie Hamelin Letourneux, Geneviève Toupin, Ingrid St-Pierre, Lydia Képinski, Laurence Lafond-Beaulne, Alexe Gaudreault, Andréanne A. Malette, Annick Bremault, Sylvie Paquette, Maude Audet, Stéphanie Moffatt, Marcie, Brigitte St-Aubin, Émilie Proulx, Fanny Bloom, Queen Ka, Frannie Holder, Geneviève Morin, Sophie Pelletier, Angelina Sanchez, Sabrina Halde, Justine Laberge, Blanche Baillargeon, Sarah Toussaint-Léveillé, Émilie Laforest, Myëlle, Lou-Adriane Cassidy, Laurie Torres, Sarahmée, Pascale Picard, Marie-Pierre Arthur, Salomé Leclerc, Safia Nolin, Catherine Leduc, Lisa Leblanc, Laurence Hélie, Beyries, Mara Tremblay, Cœur de Pirate, Betty Bonifassi, Sylvie Courtemanche, Marie-Jo Thério, Amélie Larocque, Michèle O., Lysandre Champagne, Mélanie Auclair, Judith Little-Daudelin, Raphaëlle Chouinard, Julie Aubé, Amélie Larocque, Elisapie Isaac, Maritza, Isabelle Ouimet, Gaële, Judith Cossette, Emilie Clepper, Sarah Martineau, Emi Bond, Michelle Campagne, Ariane Zita, Kathryn Samman, Josianne Paradis, Krista Simoneau, Barbara Finck-Beccafico, Mélanie Bélair, Fabienne Lucet, Martine Groulx, Marie-Anne Arsenault, Emilie Kahn, Flavie, Audrey-Michèle Simard, Marieme Ndiaye, Carole Facal (Caracol), Renée Wilkin, Laurence Nerbonne, Suzie Larivée, Eli Rose, Gina Brault, Lisa-Marie Jolin, Ariane Gruet-Pelchat, Andréanne Muzzo, Dominique Malo, Paule-Andrée Cassidy, Josiane Rouette, Julie Houle, Jo-Annie Dubois, Élodie Jolette, Sarah Bourdon, Marie-Hélène Coutu (Marlene Brando), Marie-Pierre Daigle, Vanwho, Caroline D’Été, Virginie Reid, Elyann Quessy, Marjorie Fiset, Brigitte Dajczer (Briga), Joëlle Miller, Rayannah, Caroline Cameron, Natasha Kanapé-Fontaine, Audrey Emery, Mélissa Lavergne, Ines Talbi, Veronique Vaka, Geneviève Binette, Brigitte Poupart, Andy St-Louis, Gabrielle Shonk, Klô Pelgag, Marie-Noel Claveau, Audrey Lajeunesse, Tammy Hurteau , Maude Locat, Genevieve Racette, Anne-Marie Campbell, Chantal Archambault, Andrea Lindsay, Martine Labbé, Judith Richer, Camille Gélinas, Milk&Bone, MP Elle, Lumière d'Encre, Mathilde Côté , La Bronze, Veronica Winter, Marie Cournoyer, Laurent Saulnier , Les Deuxluxes, Marie Carmen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le mouvement FEM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le déclin du mouvement lavalas et l'échec de Préval sur le terrain
» Coureur à demi mouvement
» "La Croisade de l'Ombre en Mouvement" (Prélude) (2)
» Le mouvement syndical haitien en pleine forme.
» "La Croisade de l'Ombre en Mouvement" (Prélude)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JrLHS :: ANNONCES - DIVERS-
Sauter vers: